Située au cœur de la Guadeloupe, le Gosier est une ville avec de multiples facettes, alliant l’authenticité d’une campagne luxuriante avec l’aspect moderne et touristique du Bourg.

Toutes les versions de cet article : [English] [Español] [français]

La ville du Gosier doit son nom à une espèce de pélican d’Amérique, le « Grand-Gousier » (« Gwan Gouzié » en créole), devenue l’emblème de la ville.

Les colons furent les premiers à s’y installer car le territoire représentait un point stratégique au niveau militaire. Ils décidèrent d’y ériger un fort, sur un morne, le morne Lunion, qui donnera son nom au fort.

En 1794, Le fort Fleur d’épée fut un ouvrage défensif dans la lutte contre les anglais et pour l’instauration du régime révolutionnaire en Guadeloupe.

Autrefois appelé quartier de Saint-Louis (d’après le Roi Louis IX Saint Patron de la ville du Gosier et de la paroisse Saint Louis, érigée en 1658), Le Gosier était la plus petite commune de la Grande Terre, attirant très peu d’habitants à l’époque.

Aujourd’hui, c’est la troisième ville la plus peuplée de la Guadeloupe, après Les Abymes et Baie-Mahault.

D’abord développée autour de la canne à sucre, son économie agricole s’est étendue aux plantations de café, de cacao, de coton, mais aussi à la chasse et à la pêche.

Les terres étaient exploitées par de riches familles de propriétaires terriens telles que les “Dampierre”, “Montauban”, “L’Houëzel”, qui ont donné leurs noms à des quartiers du bourg et de sa périphérie.

À partir de 1943, le tourisme s’est développé au Gosier avec la construction du premier hôtel, “La Pergola ”, toujours en activité.

Avec ses nombreux hôtels (l’emblématique quartier de la Pointe de la verdure), ses restaurants aux multiples saveurs, sa bonne ambiance nocturne, sans oublier ses atouts architecturaux, culturels et naturels, le Gosier est sans conteste l’une des villes les plus attractives et dynamiques des îles de Guadeloupe.

Haut de page

Infos lettre